Paris Retail Week, EquiPmag : Un nouveau format hybride

Suite à l’annonce du maintien des salons à la rentrée, Paris Retail Week sera bien présent du 15 au 17 septembre, à la Porte de Versailles. Cette année, l’événement se déroulera sous un format hybride.

En quelques chiffres, Paris Retail Week regroupe 25 000 professionnels du e-commerce et du commerce connecté, mais aussi 600 fournisseurs et 400 speakers. Les conférences de l’année dernière avaient attiré 16 000 participants, et 900 rendez-vous avaient été organisés lors des Business Meetings.
La nouvelle formule hybride permettra aux participants d’assister au salon peu importe l’endroit où ils se trouvent. Afin de permettre à l’ensemble des professionnels de trouver ce dont ils ont besoin, le mot d’ordre de cette année est “la personnalisation”. Plus de 200 conférences, ateliers solutions et pitchs seront ouverts aux visiteurs pour réfléchir et débattre ensemble sur les problématiques de leurs secteurs. Comme l’édition précédente, la cérémonie des Paris Retail Awards récompensera 8 acteurs les plus innovants appartenants chacun à 8 problématiques business. Le prix spécial Cookie of the Year, qui sera également remis, est destiné à la catégorie des start-ups. En plus de cela, une série de 8 podcasts donnera des conseils et des analyses du marché, le tout animé par 8 mentors.

Le consommateur français de demain

En pleine période de Covid-19, la volonté de consommer mieux et plus sainement s’est faite davantage ressentir. D’après l’étude Shopper Observer d’Havas Paris, 92 % des sondés souhaitent augmenter leur consommation de produits locaux. Et 60 % d’entre eux sont même prêts à supprimer les grandes marques nationales et internationales de leurs habitudes. Durant le confinement, un véritable boom des circuits courts est apparu avec une augmentation de l’offre locale.
Dans le processus d’achat client, la rapidité d’acquisition d’un bien joue un rôle majeur. 42 % des personnes interrogées estiment qu’il s’agit d’un critère important et 73 % sont prêtes à changer de marque pour une meilleure disponibilité. L’objectif des 30 minutes chrono est en train de devenir bel et bien réel et est rythmé par des acteurs du digital comme Amazon par exemple. Mais aujourd’hui, 30 % des commandes effectuées en ligne sont retournées. 66 % des participants avouent avoir une mauvaise conscience quand ils se font livrer un colis, pour des raisons écologiques.
Après tous ces constats, notre société s’orienterait-elle vers une sorte de dé-consommation ? 66 % des Français sollicités estiment se sentir plus proches d’une marque engagée contre la consommation excessive. Et pour 78 % d’entre eux, la surconsommation pourrait nuire à notre civilisation. Pour ce qui est des dépenses, 55 % des ménages interrogés ont le sentiment de subir une baisse de pouvoir d’achat, et 79 % ont besoin de lâcher prise pour se faire plaisir occasionnellement.

L’avis des experts

La consommation locale est un secteur que connaît bien l’enseigne Intersport. « Nous avons des entrepreneurs engagés dans leurs régions. Nous avons 700 magasins en France et plus de 8 000 partenariats avec des clubs de sport locaux », explique Matthieu Pellet, en charge de la partie digitale chez Intersport. De son côté, Back Market s’est servi du marché local pour mettre en avant ses pratiques écologiques.
Pour ce qui est de la rapidité à acquérir un bien, les consommateurs sont de plus en plus impatients alors que les stocks sont de plus en plus restreints. « Nous avons choisi de fermer notre e-commerce pour désengorger les flux », précise Matthieu Pellet.
« Chez Back Market, nous luttons contre l’obsolescence programmée. L’objectif est de pousser les acheteurs à utiliser des produits reconditionnés », confirme Laurene Lecomte, en charge de la gestion des paiements et de la fraude chez Back Market.
Pour le moment, aucune directive sur le nombre de visiteurs n’a été imposée. Les organisateurs ont mis en place un référentiel sanitaire. Le port du masque sera bien évidemment obligatoire. n